pasted1742.png
Devoirs avec un enfant tête en l'air...
15 mai 2017
Si vous avez aimé, dites-le !
En cliquant sur l'icône de votre choix :
gazette_de_lorette001009.jpg gazette_de_lorette001003.jpg gazette_de_lorette001002.jpg gazette_de_lorette001010.jpg gazette_de_lorette072001.jpg

- Léa, c’est l’heure des devoirs !

- Non ! Je n’ai pas envie de les faire…

- Je comprends parfaitement, mais il le faut.

- Je n’ai pas eu le temps de jouer…

- Ma chérie, s’il te plaît, veux-tu bien descendre et me réciter ta poésie ?

- Mais je ne la connais pas ! Comme je suis tête en l’air, je n’arrive pas à retenir les poésies. Ce n’est pas de ma faute !

- Alors Maman va se faire une joie de t’aider…

J’ai à peine commencé cette charmante activité que la maîtresse appelle « les devoirs » que je suis déjà en insuffisance respiratoire. Tous les soirs, c’est un cauchemar. Et pourtant, actuellement, je suis un stage intensif intitulé « Aider son enfant à apprendre sans s’énerver ». Je me répète inlassablement les conseils du coach : « Le parent doit avoir une attitude positive pour donner envie à son enfant d’apprendre. » J’applique :

- Je suis contente ma chérie de partager ce moment d’apprentissage avec toi. Je vais lire à haute voix et tu vas répéter : « L’automne au coin du bois, joue de l’harmonica. »

- Déjà, c’est stupide, une saison qui joue d’un instrument de musique !

Si l’enfant se braque, le coach nous suggère de « faire de l’apprentissage une activité plaisante ». Mais à cet instant, j’ai juste envie d’ouvrir le crâne de ma fille, d’y fourrer son cahier de poésie et de le refermer. En plus, comme d’habitude, elle est incapable de rester en place et se tortille sur sa chaise tel un ver de terre.

- Tu veux bien arrêter de bouger ?

- Et pourquoi je devrais rester assise pendant les devoirs ?

- Pour te concentrer, le calme est primordial ! Mais justement, je sens que j’ai besoin de calme. On fait une pause. Je vais éplucher les carottes !

- On vient juste de commencer !

- Apprends ta poésie pendant que je vais préparer le dîner.

D’habitude, je frôle l’arrêt cardiaque dès les 5 premières minutes des devoirs. Mais ce soir, j’ai su écouter le coach qui conseille un temps calme pour décompresser. Même si, à ce rythme-là, les devoirs ne sont pas près d’être terminés ! Mais il vaut mieux que je passe mes nerfs sur mes carottes.

 

Dix minutes plus tard, j’arrive dans le salon. J’hallucine : ma fille fait le poirier plutôt que d’apprendre sa poésie ! En plus, elle a appuyé ses pieds sur le fauteuil de mon mari (fauteuil auquel personne n’a le droit de toucher). Et au moment où je vais la disputer, elle récite :

- « L’automne au coin du bois, joue de l’harmonica. Quelle joie chez les feuilles ! Elles valsent au bras du vent qui les emporte. »

Puis elle fait une roulade et me dit :

- Je retiens mieux ma poésie la tête en bas car mon cerveau est mieux irrigué !

 

Me voilà bouche bée car je viens de faire une découverte incroyable : les têtes en l’air apprennent mieux la tête en bas !

gazette_de_lorette001011.jpg
Pour lire la suite , cliquez ici :